Cinq idées reçues sur les cours de danse africaine

tambour_parleur

Tambour parleur (photo Centre Dooplé/RPRCA)

Nous entendons beaucoup d’idées reçues sur les cours de danse africaine. Nous en partageons quelques-unes avec vous, démystification à l’appui.

 

  1. Un bon professeur de danse est un initié

Que veut dire ce mot « initié », cheval de bataille des spécialistes de la culture africaine ? L’expérience montre que, souvent, c’est un mot employé pour camoufler l’ignorance. Permettez-moi de vous affirmer que, dans la culture africaine, une même danse peut être profane ou initiatique. Tout sera fonction du lieu, du moment et aussi de l’intention de l’auteur de la danse, voire chef du village ou de famille, etc.

 

  1. Un bon percussionniste de danse doit être formé par des griots

Savez-vous que le terme « griot », créé par un curé pour les peuples d’Afrique, est on ne peut plus péjoratif ? Lisez Paroles de masques. Un regard africain sur l’art africain.

Un bon percussionniste de danse est un tambourinaire qui traduit instantanément les pas de danse en notes de musique. Cette technique et ce talent s’acquièrent au travers de nombreuses années d’études et de pratique.

 

  1. Un bon percussionniste de danse sait faire parler son tambour

Ne pas confondre percussions de danse et drummologie ! Je vous renvoie aux travaux du célèbre professeur Niangoran-Bouah de l’université d’Abidjan. Un drummologue n’est ni un musicien de concert, ni un percussionniste de danse. C’est un maître qui fait parler le tambour. Chez certains peuples, il est le troisième personnage du royaume, voire de l’État.

 

  1. L’ethnologie aide à comprendre la danse africaine

Un ethnologue ou un anthropologue n’est ni un artiste-danseur ni un chorégraphe, ni même un théoricien de la danse africaine. Son approche de la culture africaine est autre. Savez-vous que l’ethnologie est une discipline née sous la colonisation ? Savez-vous aussi qu’elle était au service de la propagande coloniale (Le Monde des 9 et 10 avril 2000) ?

Rappelons que, pour l’enseignement de la danse classique à l’Opéra de Paris, on ne se réfère ni aux ethnologues ni aux anthropologues français et/ou européens, mais à des chorégraphes comme Pierre Beauchamp (XVIIe siècle), ou à de grands artistes – danseurs et danseuses, comme Marie Taglioni (1804-1884). La danse est une discipline artistique à part entière. Dans l’absolu, elle se suffit à elle-même. Autrement dit, elle n’a pas besoin d’aller chercher, dans d’autres disciplines, la théorie de la danse. Sur la théorie et sur la pratique de la danse africaine, je vous invite à lire Alphabet de la danse africaine.

 

  1. Nommer les danses donne du sens. Par exemple, « la danse de la séduction » des jeunes femmes

Exemple éloquent. Pouvez-vous me décrire ce qui caractérise cette danse de séduction ? Chez beaucoup de peuples africains, les jeunes femmes et les jeunes gens déclarent leur flamme par la danse. C’est dire que ce type de danse ne concerne pas que les jeunes femmes. Cette expression « danse de la séduction » non seulement est impropre, mais elle a été créée par des ethnologues et anthropologues qui aiment bien donner des noms aux actes africains.

Alphonse TIEROU

ATTENTATS. Transformons la Douleur, Dansons la vie

 photo ciel oiseaux

“L’oiseau chante même si la branche sur laquelle il est perché craque, car il sait qu’il a des ailes.José S. Chocano

L’Histoire nous apprend que, depuis les débuts de l’Humanité, la danse est pratiquée comme une voie on ne peut plus efficace pour surmonter les moments douloureux.

Par exemple, en Europe, aux temps des révolutions, la danse retrouve son originelle vigueur qui affirme la VIE en extériorisant son énergie.

En Afrique, certains peuples dansent sur le champ de bataille, juste après la bataille, pour affirmer l’éternité de la VIE.

En raison des attentats meurtriers qui ont frappé notre beau pays, je donne GRATUITEMENT un cours spécial de danse africaine le mercredi 25 novembre 2015, de 19h à 22h, pour aider celles ou ceux qui le désirent, à transformer la souffrance, à retrouver la joie, le bonheur et le goût de vivre.

Ce cours se déroulera au 11, avenue Vavin – 75006 Paris (impasse privée située à hauteur du N°86 de la rue d’ASSAS). Métro : Vavin / Port-Royal / Luxembourg / Notre-Dame-des-Champs.

– Venez nombreux

– Parlez-en autour de vous.

– Venez avec vos proches.

– Invitez vos amis et vos collègues.

– La vie doit continuer coûte que coûte.

Danser, c’est vivre.

Danser, c’est rester debout.

Danser, c’est dire NON à la haine.

Danser, c’est dissoudre la peur en nous.

Danser, c’est laisser la paix divine remplir notre âme.

Danser, c’est participer au mouvement cosmique et à sa maîtrise.

Danser, c’est prendre son envol dans un ciel ruisselant de lumière.

Danser, c’est refuser de céder à la panique, au doute, à l’angoisse, à la tristesse, à l’anxiété, à la PEUR.

La danse africaine, c’est la vie.

Alphonse Tierou

Chercheur-Chorégraphe-Écrivain.

 

Quand Néfertiti s’invite dans la danse africaine !

Saviez-vous que l’on peut s’inspirer des grandes civilisations africaines pour créer des chorégraphies !

NéfertitiL’Afrique a connu de grands empires, des rois et des reines, qui ont marqué leur temps et qui résonnent encore dans notre imaginaire collectif.

Imaginez des cours, des stages des spectacles de danse africaine qui sortent des sentiers battus. Ils sont le fruit d’une recherche en danse qui se nourrit des civilisations égyptienne et de l’Afrique subsaharienne.

Par exemple, il y a des cours de danse consacrés :

– à la reine Néfertiti célèbre pour sa beauté légendaire et épouse d’Akhenaton (1372-135 AV JC), roi appartenant à la XVIIIe dynastie (1580-1320 AV JC) ;

– aux mystères d’Osiris (Dieu de l’ancienne Égypte, époux d’Isis et père d’Horus) ;

– aux piquiers avec boucliers de bois et de cuir (première période intermédiaire 2200-2060 AV JC) ;

– aux archers nubiens (même période) ;

– à la gestuelle révélée par les temples et monuments égyptiens ;

– à l’empereur Soundiata Kéïta (Empire du Mali XIII-XVe siècle) ;

– à l’agbadja à la Cour du roi Justin Aho à Abomey en 1954 ;

– à la gestuelle révélée par les Kmin des Glaé ou Masques de Sagesse ;

– au bâton, symbole de souveraineté, de puissance et de commandement, tant dans l’ordre intellectuel et spirituel que dans la hiérarchie sociale.

Un tel enseignement nous rend sensible à cette pensée du Masque africain :

« En matière d’art, le Beau n’est que la saillie de l’utile. »

On est loin, très loin des cours, stages et spectacles de danse africaine qui font croire que la création chorégraphique africaine passe nécessairement par l’imitation, la copie ou la parodie des danses classique, moderne ou contemporaine. Oui, la création existe en danse africaine.

Pour plus d’informations sur la danse africaine méthode Tierou, retrouvez-nous sur www.tierou-doople.com.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitter !

En Côte d’Ivoire, un joyau de la culture africaine est menacé. Le monde .fr

Dans un article pour le monde.fr, Alphonse Tierou nous parle de sa vision :

En Côte d’Ivoire, un joyau de la culture africaine est menacé.

LEMONDE.FR | 15.04.11 | 09h58  •  Mis à jour le 15.04.11 | 09h58

Tandis que chacun des deux camps belligérants de Côte d’Ivoire s’accroche à sa vérité, c’est la vérité de l’Afrique qui est mise en péril… Lire la suite de l’article.

Vu sur directabidjan.com

Article par Zacharie ACAFOU dans www.directabidjan.com le 26 juin 2010

Lire l’article ou alphonse-tierou-2010_06_26.pdf

Exposition “De la danse à la sculpture, un autre regard sur l’esthétique africaine”

Mairie  du 10e  arrondissement
72, rue du Faubourg Saint-Martin
75010 Paris
M° Château d’Eau  |  Jacques Bonsergent
Bus  |  n° 38, 39, 47
Vélib’   |   rue Hittorff  |  rue des Petites Ecuries
Rémi FERAUD, Maire du 10e et les élus de l’arrondissement sont heureux de vous inviter le mercredi 28 avril à 18h30
au vernissage de l’exposition De la danse à la sculpture, un autre regard sur l’esthétique africaine
Et le jeudi 20 mai à 19 heures A la conférence “Le vrai visage du Masque africain
Animée par Alphonse Tierou, chercheur et chorégraphe.
Exposition présentée du 26 avril au 22 mai

  • Lundi au vendredi ………… de 8h30 à 17h00
  • Jeudi ………… de 8h30 à 19h30
  • Samedi ………… de 9h00 à 12h30

Alphonse Tierou conférencier à l’Evénement organisé par l’Ambassade de France à Copenhague

Les intervenants représenteront, selon la tradition du colloque, divers pays francophones et domaines culturels et compteront cette année des écrivains et des universitaires et des comédiens.

Lieu de la manifestation.
Institut d’Études anglaises, germaniques et romanes
Université de Copenhague
Njalsgade 128, 2300 Copenhague S
Amphithéâtre 23.0.50
Programme

10H30 Ouverture : Boris Wiseman (Université de Copenhague)

Première conférence – présidence: Jørgen Sand (Université de Roskilde)

10H35-11H15 Andrei PIPPIDI
Professeur à la Faculté d’Histoire de l’Université de Bucarest
« L’influence française sur le paysage urbain de Bucarest »

Deuxième conférence – présidence: [à confirmer]

11H15-12H00 Anne-Lise DELACRÉTAZ (Maître d’enseignement) et Catherine KUNZ (comédienne)
« Conférence-lecture autour de l’œuvre de l’écrivaine Alice Rivaz »

12H00-12H45 Pause déjeuner (Possibilité de restauration dans la nouvelle cantine de l’université)

Troisième conférence – présidence : Heidi Bojsen (Université de Roskilde)

12H45 – 13H30 Alphonse TIEROU
Chercheur –Chorégraphe et auteur d’ouvrages sur l’art africain.
« De la danse traditionnelle à la création chorégraphique : l’entrée dans le XXIe siècle »

Quatrième conférence – présidence : Boris Wiseman (Université de Copenhague)

13H30 – 14H15 Marie-Claire BLAIS
Ecrivaine
“Entre espoir et tragédie: l’être et la fulgurance du verbe dans la trilogie de Soifs”.

Pause

Cinquième conférence – présidence : Lene Schøsler (Université de Copenhague)

14H30 – 15H15 Marie TREPS
Linguiste sémiologue, chercheur au CNRS
« Ce français qui voyage en Europe »

Sixième conférence – présidence : [à confirmer]

15H15- 16H00 Claude FRISONI
Écrivain, acteur et régisseur. Directeur Général du Centre Culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster à Luxembourg.
« Francophone éthique »

16H00-16H30 Pause café avec des chocolats

Septième conférence – présidence : Jørn Boisen (Université de Copenhague)

16H30 – 17H15 Pierre LARUELLE
Parfumeur, éditeur de livres et de parfums
« Petit alphabet parfumé pour enchanter les curieux »

Huitième conférence – présidence : Son Excellence Madame Monique Ilboudo,
Ambassadrice du Burkina Faso

17H15 – 18H00 Wilfried N’SONDÉ
Écrivain et lauréat du Prix des cinq continents de la Francophonie
« Réhabilitons le spirituel et le sensible pour déchiffrer l’humain »

Partenaires

  • Ambassade de Belgique à Copenhague
  • Ambassade du Bénin au Danemark
  • Ambassade du Burkina Faso au Danemark
  • Ambassade de Côte d’Ivoire au Danemark
  • Ambassade de France au Danemark
  • Ambassade du Grand-Duché de Luxembourg au Danemark
  • Ambassade de Roumanie Copenhague
  • Ambassade de Suisse au Danemark
  • Association Internationale des Études Québécoises
  • Campus France au Danemark
  • Communauté Française de Belgique
  • Institut français à Copenhague
  • Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international de Canada
  • Nordic Association for Canadian Studies
  • Organisation internationale de la Francophonie
  • TV5 Monde
  • Université de Copenhague
  • Université de Roskilde

 

Maison Des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise

Extrait du courrier de Mme. Francoise Vergès, Directrice Scientifique et culturelle de la Maison Des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise. La réunion, le 27 juillet 2009.

…Votre ouvrage ouvre des prespectives intéressantes et nouvelles qui m’ont beaucoup interessée…

Présidence du Faso

Extrait du courrier de M. le Président du Faso, Président du Conseil des Ministres. Ouagadougou, le 23 févier 2008

…Cet ouvrage, qui fait ressortir les idées forces de l’auteur sur une des dimensions artistiques de notre continent, contribue au partage des valeurs et met en evidence la richesse et la diversité de la culture africaine…

Délégation permanente de Côte d’Ivoire auprès de l’UNESCO

Extrait du courrier de M. l’ambassadeur, Déléguée Permanent. Paris, le 12 septembre 2008

… je vous réitère tous mes remerciements pour cette œuvre majeure…

Page 2 of 3

© Copyright Alphonse Tierou